Skip to main content

©

Vidéo du 2e panel (10 avril 2021)

Au moment où la pandémie de Covid-19 nous oblige à revoir les priorités pour remédier aux vulnérabilités socio-économiques qu’elle a mises en évidence, et affronter les défis sociaux et environnementaux, les relations politiques, économiques, commerciales et financières entre l’Union européenne et l’Afrique sont à interroger. Le libre-échange qui entretient l’extraversion et empêche le développement endogène des systèmes productifs peut-il continuer à guider ces relations ? Ne doit-on pas au contraire initier de vastes coopérations dont les objectifs contribueraient à la souveraineté alimentaire, au renforcement de filières industrielles durables et de système de protection sociale robuste, et à la lutte contre le changement climatique afin d’améliorer les conditions de vie?

Avec l’avènement de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) soutenue et financée par l’UE, et la multiplication des accords de partenariat économique, les institutions européennes et africaines se sont engagées dans la voie de la continuité. Quelles analyses critiques peut-on en tirer ? Quelles sont et quelles devraient être les priorités stratégiques de ces relations à l’heure du renouvellement des accords de Cotonou et d’un prochain sommet UE-Afrique reporté en raison de la pandémie ?

Deuxième panel organisé dans le cadre de la préparation du colloque Amath Dansokho, 6e édition internationale du colloque de Dakar (UCAD, 26-28 janvier 2022), avec :

  • Fatimah Kelleher, consultante et activiste, spécialiste des droits des femmes, de la justice sociale et économique,
  • Africa Kiiza, analyste spécialiste des politiques commerciales à SEATINI-Ouganda, Institut d’information et de négociations commerciales d’Afrique australe et orientale (lire son intervention)
  • Helmut Scholtz, député européen GUE/NGL, membre de la commission commerce international (lire son intervention),
  • Laurent Levard, agroéconomiste, responsable de programme – Département Alimentation et Economie rurale, GRET. Co-auteur d’une note pour Coordination sud, Les accords de libre échange et leurs conséquences sur les agricultures du sud (lire son intervention)
  • Jean-Jacques Lumumba, Fondateur du réseau panafricain de lutte contre la corruption, UNIS, RDC.


(Pour l’intervention d’Africa Kiiza, l’interprétariat n’est disponible qu’à partir de 00:19:50)

Pour en savoir plus sur les relations entre l’Europe et l’Afrique :

Adam ABDOU HASSAN, Puissance du droit et droit des puissants. Les traités européens et « eurafricains » sous la loupe, éditions du CETIM, à paraître le 22 avril 2021. Ouvrage publié avec le soutien de la Fondation Gabriel Péri.

Dans cet ouvrage, Adam ABDOU HASSAN analyse les rapports entre l’Europe et l’Afrique à travers l’étude des textes juridiques qui régissent leurs relations. Du traité de Berlin de 1885 aux accords du début du XXIe siècle entre l’Union européenne et les Etats d’Afrique en passant par le traité de Rome de 1957, elles oscillent entre volonté de dépassement du passé colonial et réactivation des doctrines antérieures.

Commander l’ouvrage, voir la vidéo de la rencontre avec l’auteur.

Ces panels s’inscrivent dans la préparation du colloque Amath Dansokho, 6e édition du colloque international de Dakar, que nous avons dû reporter en raison de la crise sanitaire, et qui se tiendra à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar du 26 au 28 janvier 2022.

En partenariat avec la Fondation Rosa Luxemburg (bureau Afrique de l’Ouest), le Parti de l’indépendance et du travail du Sénégal (PIT), le Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal (SUDES) et le Parti de la gauche européenne.

X