Bibliothèque numérique du mouvement communiste et ouvrier

Parti communiste français

By 4 avril 2019 avril 9th, 2019 No Comments

Vous trouverez ici les archives de la direction du PCF pour toute la période allant de la création du parti jusqu’au lendemain de la 2de Guerre mondiale. Sont également présentées toutes les archives appartenant au fond du PCF comme section de l’Internationale communiste (SFIC).

Fonds de la section française de l’Internationale communiste (SFIC) (1919-1947)

Accéder au fonds

Issue de la SFIO (Section française de l’Internationale Ouvrière) créée e, 1905, la SFIC (Section française de l’Internationale Communiste) est fondée en décembre 1920 au XVIIIe congrès de Tours lorsque la majorité des délégués de la SFIO décide de rompre avec la « vieille maison ». Cette rupture est liée au traumatisme de la Guerre, au refus des socialistes de retrouver la IIe Internationale qui se refonde à Berne en 1919, alors qu’elle a « failli » à son message pacifiste et internationaliste. La SFIO, à son congrès précédent de Strasbourg (en février 1920), s’est retirée de la Deuxième internationale discréditée par son ralliement à l’Union sacrée durant la guerre de 1914-1918. Dès lors la majorité des militants socialistes décident ainsi de rejoindre la IIIe Internationale, fondée par Lénine en 1919, ce qui donne naissance à la Section française de l’Internationale Communiste (SFIC).

Le fonds de la SFIC contient l’ensemble des archives produites (ou reçues) par le PCF entre 1917 et 1943. Sur les 2054 dossiers composant ce fonds, 1004 sont numérisés et accessibles. La quantité d’archives conservée chaque année est inégale dans le temps et varie selon les périodes.

Ainsi, si le nombre de dossiers est restreint pour les années qui précèdent la fondation du PCF (6 entre 1917 et 1919, 17 en 1920), il augmente ensuite progressivement après le congrès de Tours, avec plusieurs dizaines de dossiers conservés chaque année. La bolchevisation du PCF s’accompagne, au tournant des années 1930, d’une intensification de la production et de l’envoi des archives au centre de l’Internationale Communiste à Moscou : le contrôle du centre s’accentue. Ainsi, de 1925 à 1934, le nombre de dossiers dépasse la centaine chaque année et excède même les deux cents en 1931. La période qui s’ouvre avec la construction du Front populaire, caractérisée par une plus large autonomie du PCF vis-à-vis de l’Internationale Communiste, s’accompagne d’une phase de décroissance du nombre d’archives envoyées à Moscou. Celle-ci s’accentue enfin avec la dissolution du PCF en 1939, puis avec l’entrée en guerre et l’Occupation, les envois annuels comprenant chacun moins d’une vingtaine de dossiers.

Le contenu de ces dossiers est également variable selon les périodes. De 1917 au congrès de Tours, les archives regroupent principalement de la correspondance (lettres, télégrammes) entre le Comité exécutif de l’Internationale Communiste (CEIC) et certains dirigeants de la SFIO, des matériaux de la Fédération Soviétique Communiste (section française de l’IC) et du Comité français pour la Troisième Internationale, de la documentation sur les congrès de Strasbourg et de Tours de la SFIO et sur les organisations de jeunesse socialistes puis communistes (tracts, brochures, rapports, journaux…).

À partir de 1921, le fonds est organisé selon une structure analogue chaque année. Les dossiers sont ainsi regroupés en plusieurs catégories thématiques dont l’importance varie selon la période :

  • Relations des dirigeants et représentants du PCF avec le CEIC (correspondance, directives, instructions, rapports, etc.)
  • Organes de direction : il s’agit principalement de compte-rendu sténographiques, procès-verbaux, résolutions, rapports, thèses, lettres, circulaires, relevés de décisions… portant sur les congrès, conseils nationaux, conférences nationales, comités directeurs, comités centraux, bureaux politiques et secrétariats.
  • Régions : ces dossiers sont composés principalement de procès-verbaux des comités régionaux ainsi que de lettres et rapports sur l’activité régionale.
  • Commissions et sections de travail thématiques : on y trouve les matériaux (rapports, directives, circulaires, bulletins, lettres, tracts…) relatifs aux commissions ou sections coloniale, financière, politique, d’agit-prop (qui comprend notamment l’édition et les écoles), syndicale, coopérative, antimilitariste, féminine, agraire, de la Main d’Œuvre étrangère, des classes moyennes, parlementaire et municipale.
  • Organisations satellites du PCF : Si durant les premières années les archives en présence concernent seulement les Jeunesses Communistes, les organisations tendent à se diversifier à partir de 1926, avec quelques dossiers relatifs au Secours Rouge International, au Secours Ouvrier International, aux organisations paysannes, à l’Union des femmes françaises contre la guerre ou encore à la CGTU et à sa commission féminine.
  • Oppositions internes : durant la décennie1920, un ou deux dossiers (composés principalement de lettres et déclarations) sont consacrés chaque année à ce sujet – on monte même à 4 dossiers en 1925, au moment de la mise en place de la bolchevisation et des premières exclusions de dirigeants opposés à la ligne du PCF. Des dossiers du même type réapparaissent dans les années 1930 au moment des grandes polémiques internes (exclusion du groupe Barbé-Celor en 1931, affaire Doriot en 1934
  • Journaux de cellules, d’entreprises et de casernes : sauf cas exceptionnelle, un ou plusieurs dossiers de journaux sont conservés chaque année entre 1923 et 1933. La conservation de ce type d’archives s’interrompt dès l’année suivante.

Le fonds est également composé de quelques dossiers isolés, comprenant par exemple des brochures ou des articles de dirigeants communistes, ainsi que du matériel divers relatif à des événements ou à des thématiques particulières : front unique dans les années 1920, occupation de la Ruhr en 1923, répression en 1929-1930, événements de février 1934, question de l’unité politique en 1935…

Fonds de la direction du Parti communiste Français (1922-1939)

Accéder au fonds

Les documents numérisés contiennent près de 23 000 pages en noir et blanc. La qualité des images est variable. Les documents sont en langue française.

Cet instrument de recherche contient toutes les archives des organes de direction du Parti communiste Français (Comité Directeur puis Comité central, Bureau Politique et Secrétariat) durant l’entre-deux-guerres. Ces archives sont issues des fonds du Komintern conservés au RGASPI (Russian State Archive of Socio-Political History) à Moscou.

X