Panier

Dans cette période de mobilisations sociales d’ampleur, les forces de gauche proposent des analyses du projet gouvernemental de réforme des retraites et mettent dans le débat des projets alternatifs. Ceux-ci visent tous à renforcer le système de retraite par répartition et à proposer de nouvelles garanties collectives pour assurer le droit à la retraite pour toutes et tous. Ils présentent tous des pistes de financement. Petit panorama.

Plus de 140 personnalités ont lancé une pétition, publiée dans L’Humanité du 10 février 2020 pour demander l’organisation d’un référendum sur le projet de réforme des retraites.
Signer la pétition “Monsieur le Président, soumettez votre réforme au référendum”.

La plateforme des forces de gauche pour une réforme progressiste des retraites

Nosretraites.org

Organisations signataires: Ensemble, Europe écologie les verts, Gauche démocratique et sociale, Gauche républicaine et socialiste, Génération.s, Les radicaux de gauche, Nouvelle donne, Parti communiste français, Parti socialiste, Place publique, Pour une écologie populaire et sociale, République et socialisme, Union des démocrates et écologistes.

Alors que le gouvernement passe en force en prétendant établir un «dialogue», la population française reste majoritairement opposée à ce projet et réaffirme son attachement à un véritable droit solidaire à la retraite. Point d’orgue de ce jeu de dupes : le «retrait» temporaire de l’âge pivot qui aboutit au même allongement de la durée du travail mais permet au gouvernement de communiquer, par le flou, sur une prétendue concession.

Pourtant, d’autres choix sont possibles. Des choix qui consolident notre système de retraite par répartition dans le respect de l’ambition originelle de la Sécurité sociale. De nouvelles orientations qui assurent le droit au temps libre en répondant aux enjeux de la transition écologique, de l’emploi, et de la réduction des inégalités.

À cette fin, les initiateurs de cette démarche présentent les six piliers du contre-projet et six pistes de financement.

6 piliers d'une contre réforme

► Améliorer le système par répartition.

► Garantir un droit à la retraite en bonne santé, pour toutes et tous

► Parité du niveau de vie entre travailleurs et retraités

► Meilleure prise en compte de la pénibilité

► Une retraite minimum au niveau du Smic

► Réaliser l’égalité Femmes-Hommes

En savoir plus

6 pistes de financements

Après 30 ans d’efforts demandés à nos concitoyen-nes, notre système actuel par répartition est équilibré. Pour mettre en œuvre les nouveaux droits que nous proposons, nous mettons plusieurs pistes de financement dans le débat, car les ressources existent.

► Mobilisation des fonds de réserves des retraites ou d’une partie des fonds de la CADES disponibles à compter 2024.

► Réaffirmation du financement par cotisation sociale et rétablissement de la compensation financière de l’Etat et à la Sécurité sociale pour les pertes de recettes liées aux mesures d’exonérations.

► Élargissement de l’assiette de financement aux revenus du capital.

► Maintien de la cotisation à 28,1 % jusqu’à 27 000 € de revenus par mois.

► Création d’emplois notamment dans les services publics.

► L’augmentation des salaires et l’application réelle de l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.

En savoir plus

ATTAC-Copernic : un autre projet de retraites est possible

Projet alternatif

Ce document présente et met en débat les principes communs et les pistes de financement pour améliorer le système actuel.

Attac et la Fondation Copernic considèrent que le système de retraites actuel doit être notablement amélioré en revenant notamment sur les mesures régressives prises par les gouvernements précédents mais aussi en assurant de nouveaux droits. Il s’agit alors de modifier l’organisation actuelle du système avec l’objectif d’harmoniser par le haut les différents régimes pour construire un droit universel à la retraite.

Des principes communs

► Une organisation du système de retraite qui tienne compte des spécificité professionnelles.

► Des garanties sur le montant de la pension.

► L’égalité entre les femmes et les homme, un objectif et un outil.

► Travailler moins !

En savoir plus

Le financement d'un système de retraite juste

► L’annulation des réformes précédentes permettant une augmentation annuelle des cotisations.

► La réduction des inégalités dans le travail entre les hommes et les femmes.

► Une dynamique d’emploi et la baisse du chômage.

► La mise à plat des allègements de cotisations sociales.

► L’instauration d’une surcotisation patronale sur les emplois à temps partiel imposé.

► L’augmentation du taux de cotisation.

► L’élargissement de l’assiette des cotisations aux revenus du capital distribués aux actionnaires.

En savoir plus

Dans ce document (p. 14), Attac et la Fondation Copernic chiffrent les besoins nouveau de financement à 22 Mds (Déficit: 4 Mds, annulation de toutes les réformes: 13 Mds et coût de nouveaux droits: 5 Mds). Côté ressources supplémentaires, ils évaluent les capacités nouvelles potentielles de financement à 46,1 Mds d’euros en prenant en compte:

  • Suppression des allègements de cotisations : 5 Mds.
  • Compensation des exonérations dues par l’État : 5,2 Mds
  • Surcotisation patronale : 1 Md
  • Augmentation du taux de cotisation : 9,3 Mds pour un point de hausse
  • Élargissement de l’assiette aux revenus fnanciers : 25,6 Mds € pour un taux de cotisation de 28,1 %

Voir aussi Jean-Marie Harribey et Christiane Marty (coord.), Retraites: l’alternative cachée, Attac et Fondation Copernic, 2013, 83 p. (livre collectif en libre téléchargement).

Voir le sommaire.

Collectif de citoyens

Reformedesretraites.fr

Ce collectif souhaite un débat public clair sur la réforme des retraites préparée par le Gouvernement, centré sur les principaux enjeux pour les jeunes, les moins jeunes et les retraités.

Alors que les informations sont incomplètes et difficiles d’accès, le collectif Nos retraites se donne pour objectifs :

  • de mettre à disposition de toutes et tous des informations vérifiées et accessibles,
  • et de décrypter les discours et les arguments techniques sur le projet du gouvernement.

A cette fin, il compile toutes les données disponibles et s’informe auprès de tous les experts et personnes renseignées prêts à les aider.

En savoir plus.

Analyses et propositions de la CGT

Pour une réforme des retraites juste et solidaire

Dossier retraites

“Cependant, la modification du marché du travail voulue par les gouvernements successifs et le patronat a créé des situations de précarité, a fait perdurer des inégalités, qui ne sont pas compensées par ce système et qu’il est urgent de régler.

Au lieu de repenser un système dans sa globalité afin qu’il réponde à cette situation ou, mieux encore, de combattre le chômage, la précarité et les inégalités, les gouvernements ont pris acte de la situation et, comme si c’était une fatalité, ont dégradé le système de retraite, réforme après réforme (Balladur en 1993, Fillon en 2003, Touraine en 2014, Delevoye, etc.). En allongeant la durée de cotisation et, de fait, la durée du travail, en diminuant les recettes, en refusant une réelle prise en compte des situations de pénibilité, nous sommes toutes et tous amenés à travailler plus. Nous constatons d’ailleurs qu’aujourd’hui, malgré un âge légal fixé à 62 ans, les salarié.e.s partent en moyenne à 63,5 ans, faute de revenus suffisants.

La CGT remet ce choix en cause. Fondamentalement.”

Les grands principes

► Départ à 60 ans à taux plein avec un revenu de remplacement à 75% du revenu net d’activité.

► Comptabilisation des années d’études pour les jeunes.

► Prise en compte de la précarité.

► Prise en compte des pénibilités des métiers.

► Indexation des pensions sur les salaires et non sur les prix.

Le financement

► Garantir l’égalité salariale entre les femmes et les hommes ce qui rapporterait 6.5 milliards d’euros à la sécurité sociale.

► Augmenter le taux de cotisation de 0,2 à 0,4 point.

► Mettre fin aux exonérations de cotisations sociales patronales.

► Créer une contribution sociale sur les revenus financiers distribués par les entreprises, à un taux équivalent aux cotisations employeurs sur les salaires.

► Lutter véritablement contre l’évasion fiscale et sociale.

► Mettre en place une politique résolument tournée vers l’emploi.

En savoir plus:

 

Analyses et propositions de l'Union syndicale solidaires

Analyses

Grands principes et financement

Justice sociale

► Abrogation des réformes régressives.

► Age légal de départ à 60 ans, à 55 ans pour les métiers pénibles, le maintien des acquis professionnels.

► Pas de retraite inférieure au SMIC.

► 37 années de cotisations pour le taux plein (ce qui correspond à peu près à la durée totale moyenne validée)

► Taux de remplacement à 75 % pour tous les régimes (rapport entre la retraite et le dernier salaire ou traitement)

► Taxation des dividendes.

Solidarité intergénérationnelle

► Intégration des régimes de retraites complémentaires dans les régimes de base en annuités.

► Prise en charge de la perte d’autonomie par la Sécurité sociale.

► Annulation de la décote.

Egalité Femmes/Hommes

► Sur-cotisation sociale patronale équivalente à celle d’un taux plein sur l’emploi à temps partiel.

► Maintien des avantages préférentiels pour les femmes tant que l’égalité des salaires et de la prise en charge des enfants n’est pas réalisée, vers la majoration des retraites du niveau des inégalités de salaires constatées.

► Développement des équipements de la petite enfance.

Analyses et propositions de la FSU

Analyses

Une retraite par points, comment ça fonctionne ? Pourquoi les salariés, et pourquoi particulièrement les fonctionnaires, ont-ils beaucoup à y perdre ?

Explications du fonctionnement du système par points et déconstructions des éléments de langage du gouvernement: Lire la suite

Et aussi:

Reforme des retraites: quels enjeux ?Pour. Revue de la fédération syndicale unitaire, n° 218, août 2019, 24 p.

Point d’étape sur le projet du gouvernement à la fin décembre 2019.

Retraite: réforme à haut risque dans la Fonction publique!, oct. 2019.

Grands principes et financement

► Réformer l’assiette des cotisations patronales en modulant le taux de cotisation en fonction de la politique d’emploi des entreprises et du rapport entre les
salaires et la valeur ajoutée.

► Taxer les produits financiers bruts des entreprises non financières et les produits financiers nets des banques.

► Sécuriser l’emploi depuis l’entrée des jeunes dans la vie active jusqu’au maintien des seniors dans l’entreprise.

► Supprimer les exonérations de cotisations patronales qui ne créent pas d’emploi et tirent les salaires vers le bas.

► Indexer les pensions sur l’évolution des salaires et non sur les prix.

► Garantir le départ à 60 ans avec un niveau de pension d’au moins 75 % du revenu d’activité pour une carrière complète.

► Garantir un minimum de pension protégeant véritablement les salariés et fonctionnaires ayant eu des carrières courtes.

► Prendre en compte la fatigue au travail, sa pénibilité en aménageant les fins de carrière.

► Obtenir de véritables « compensations » familiales et conjugales pour les femmes et réaliser l’égalité
professionnelle F/H.

► Prendre en compte les périodes de formation.

► Mieux prendre en compte la spécificité des polypensionnés en améliorant et en étendant aux fonctionnaires les mécanismes de proratisation existant au régime général.

En savoir plus: Reforme des retraites: quels enjeux ?Pour. Revue de la fédération syndicale unitaire, n° 218, août 2019, p. 23.

X