Panier

Colloque, mercredi 30 octobre 2019

Auditorium de l’Hôtel de ville de Paris

Organisé avec l’Initiative Féministe Euromed (IFE-EFI)

Même si les droits des femmes et l’égalité entre les sexes sont devenus des idées plus largement partagées qu’auparavant, elles tardent à devenir une priorité politique, intégrée dans les politiques publiques ainsi que dans les programmes des organisations – partis, syndicats, associations – du mouvement démocratique. Pourquoi ce constat ? Quels sont les obstacles ? Quelles stratégies construire pour faire avancer les droits des femmes ? Le colloque mettra en relation les réflexions et actions féministes avec le champ politique pour éclairer ces enjeux à travers trois sessions. 

Présentation

Le féminisme aujourd’hui est multiforme et foisonnant, au-delà de cette diversité, il porte l’engagement tenace pour la place des femmes, leur liberté de disposer de leur propre corps et de choisir leur propre vie, leur choix de mouvement et d’action dans l’espace public, leur liberté, la promotion de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes dans la sphère publique et privée, composante indissociable de la démocratie.

Les femmes restent les premières à subir les conséquences désastreuses des politiques ultralibérales, à assumer les coûts les plus lourds de l’occupation et des conflits. L’ampleur des violences est désormais connue mais reste ignorée par les politiques de sécurité des États. Le système patriarcal continue de sévir dans tous les pays et tous les types de sociétés. Selon le rapport d’ONU-femmes, “Traduire les promesses en actions : l’égalité des sexes dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030” (2018), les femmes sont la majorité des pauvres, des analphabètes, des victimes de violences, ou de mauvais soins. Elles sont écartées des lieux de pouvoir politique, économique et financier. Les organisations démocratiques  continuent largement d’analyser le monde comme s’il était peuplé d’êtres humains neutres et d’occulter le fait qu’une moitié de l’humanité est dominée par l’autre.

Même lorsqu’elles se définissent comme féministes, les organisations – partis,  syndicats,  mouvements associatifs – n’approchent jamais la domination de genre et l’oppression des femmes comme une priorité ou comme un sujet politique de plein rang quand ils analysent les sociétés. Les « questions » des femmes sont confiées à une commission spécialisée.

Même si l’égalité entre les sexes est devenue une idée plus largement partagée, elle tarde à devenir une priorité politique, intégrée dans les politiques publiques ainsi que dans les programmes des partis y compris des partis démocratiques.

C’est pourquoi la Fondation Gabriel Péri et l’Initiative Féministe Euromed, ont organisé un colloque conçu comme espace commun de travail et de dialogue avec les mouvements démocratiques de pays européens et méditerranéens. Il a permis de mettre en relation les réflexions et actions féministes avec le champ  politique à travers trois sessions :

  1. Constat et universalité des modèles ;
  2. Obstacles et freins à la prise en compte des droits des femmes et à l’entrée en responsabilité des femmes ;
  3. Partage d’expériences positives et stratégies de progrès.

Programme du colloque

Bienvenue et ouverture

Hélène Bidard, adjointe à la Maire de Paris – Égalité Femmes/Hommes, lutte contre les discriminations et Droits Humains:

Louise Gaxie, Fondation Gabriel Péri:

Leila Al Ali, co-présidente Initiative Féministe EuroMed (IFE-EFI) (en anglais):

Table ronde 1 : Constat des problèmes, chiffres et expériences.

débat avec la salle:

Table ronde 2 : Les freins et les obstacles.

Table ronde 3 : L’égalité, composante intrinsèque du progrès social. Expériences positives et pistes de progrès.

Débat avec le public:

Conclusions et recommandations :

Alain Obadia, Président de la Fondation Gabriel Péri :

Lilian Halls French :

En partenariat avec :

Avec le soutien de la Commission Européenne

X