Skip to main content

Panier

Le décret du 20 avril 1871 interdit le travail de nuit des boulangers ainsi que la suppression des bureaux de placement qui exigeaient d’importantes sommes d’argent. Les patrons de boulangeries s’opposent à ce décret qui ne sera appliqué. Par arrêté du 28 avril 1871, l’heure de la fin de la nuit est fixée à 5 heures du matin et l’entrée en vigueur de cette interdiction au 3 mai.  Un arrêté du 3 mai 1871 prévoit que « toute infraction à cette disposition comportera la saisie des pains fabriqués dans la nuit, qui seront mis à la disposition des municipalités, au profit des nécessiteux ».

Journal officiel de la Commune de Paris, vendredi 21 avril 1871.

Sur les justes demandes de toute la corporation des ouvriers boulangers,

La commission exécutive

ARRÊTE :

Art. 1er. Le travail de nuit est supprimé.

Art. 2. Les placeurs institués par l’ex-police impériale sont supprimés. Cette fonction est remplacée par un registre placé dans chaque mairie pour l’inscription des ouvriers boulangers. Un registre central sera établi au ministère du commerce.

Paris, le 20 avril 1871.

La commission exécutive :
COURNET, A. VERMOREL, G. TRIDON, DELESCLUZE,
FÉLIX PYAT, AVRIAL, E. VAILLANT.

JO, 21 avril 1871.

Voici l’affiche qui était collée sur les murs de Paris:

Journal officiel de la Commune de Paris, samedi 29 avril 1871

La Commission exécutive,

En exécution du décret relatif au travail de nuit dans les boulangeries.

Après avoir consulté les boulangers, patrons et ouvriers.

ARRÊTE :

Art. 1er. Le travail de nuit est interdit dans les boulangeries à partir du mercredi 3 mai.

Art. 2. Le travail pourra commencer avant cinq heures du matin.

Art. 3. Le délégué aux services publics est chargé de l’exécution du présent arrêté.

Paris, le 28 avril 1871.

La commission exécutive,

JULES ANDRIEUX, CLUSERET, LÉO FRANKEL,
PASCHAL GROUSSET, JOURDE, PROTOT,
VAILLANT, VIARD.

Journal officiel de la Commune de Paris, jeudi 4 mai 1871.

La Commune de Paris,

Sur la proposition de la commission du travail et de l’échange;

Vu le décret de la commission exécutive du 20 avril, supprimant le travail de nuit chez les boulangers,

ARRÊTE :

Art. 1er. Toute infraction à cette disposition comportera la saisie des pains fabriqués dans la nuit, qui seront mis à la disposition des municipalités, au profit des nécessiteux.

Art. 2. Le présent arrêté sera affiché dans un endroit apparent de chaque magasin de vente des boulangers. Art. 3. Les municipalités seront chargées de l’exécution du présent arrêté. La Commune de Paris.

X