Panier

Créée en 1948, elle a pour objectif de diffuser, dans les milieux intellectuels, ce que le Parti communiste français présente comme les analyses marxistes liées à son combat politique. À partir du début des années 1960, elle devient un des lieux des débats qui s’ouvrent parmi les intellectuels communistes.
En février 1871, elle consacre, en partenariat avec L’École et la Nation, un numéro spécial aux expériences et aux langages de la Commune. Ce dossier vise à situer historiquement le niveau de conscience des communards, à préciser des aspects de l’activité des intellectuels sous la Commune ou encore à faire le point sur les interprétations historiques de cet événement.
Entre les contributions, vous pourrez découvrir des photos, gravures et dessins dont les quelques illustrations reproduites ici donnent un aperçu. Retrouvez également le sommaire de ce numéro et les liens vers les articles sur le site de Pandor (Université de Bourgogne)!

Barricade située à l’angle du fbg Saint-Antoine et de la rue de Charonne

Un communard. Dessin au crayon signé A.I.

Proclamation de la Commune à l’Hôtel de Ville. Gravure extraite du « Monde illustré »

Les hommes de la Commune. Estampe.

  • La Commune quand j’étais petit par André Wurmser.
    Comment un petit français, de famille petite bourgeoise, fermement républicaine et fermement modérée, élève de l’école laïque de la 3e République, an entendu parle, ou plutôt n’a pas entendu parler de la Commune.
  • L’expérience de la Commune, le marxisme et les problèmes de l’État par Maurice Moissonnier.
    Comment les Communards sont parvenus en tâtonnant à faire franhcir au mouvement ouvrier une nouvelle étable en posant la question de l’État, et comment de l’expérience de la Commune est sortie la théorie marxiste de l’État.
  • La formation du nom «La Commune de Paris» dans le discours de Marx par Louis Guilbert.
    Quel meilleur moyen, pour des linguistes, de célébrer le centenaire de la Commune que d’étudier comment est née la dénomination La Commune de Paris et comment s’est fixé sont contenu sémantique. C’est la tâche que s’est assignée une équipe d’enseignants et de « thésards » de Nanterre.
  • Des réalisations scolaires impérissables par Georges Cogniot.
    Régime nouveaux, et régime accomplissant ce que la bourgeoisie avait promis de faire et n’avait point fait, la Commune montre ce double aspect, en particulier dans son œuvre scolaire.
  • Les instituteurs et la Commune par Serge Wolikow.
    Sujet mal connu, idéalisé ou sous-estimé, à étudier en tout cas sans anachronisme aucun. Les instituteurs participèrent-ils à la Commune, en tant qu’individu ou en tant que couche sociale.
  • Les étudiants et la Commune par Jacques Girault.
    Républicains sous l’Empire, les étudiants dans leur mase seront effrayés par la Commune ou même très hostiles à elle. Les Communards étudiants ne sont que quelques individualités. L’origine sociale a pesé lourd.
  • Les interprétations de la Commune par Jean Bruhat.
    Manifestation patriotique, fièvre obsidionale, émeute républicaine, aube des révolutions prolétariennes et socialistes, énorme fête, événement circonstanciel devenu un mythe forgé par les marxistes. Autour des interprétations de la Commune se déroule, depuis un siècle, une lutte idéologique particulièrement âpre.
  • La Commune dans les manuels scolaires par Etya Sorel.
    Faites l’expérience. Ouvrez le manuel d’histoire que votre fils ou votre fille a, aujourd’hui en 1971, en main et voyez ce qu’on y dit de la Commune. Vous en serez épouvantés. Et ce n’est tien, à côté de ce qu’on y trouvait il y a quelques décennies.
  • Quelques remarques pour un cours sur la Commune par François Hincker.
    Pour faire un cours sur la Commune. Une bibliographie. Les questions en discussion. De évidences, pas évidentes pour tout le monde.

Proclamation de la Commune à l’Hôtel de Ville. Gravure extraite du Monde illustré

« Ils sont là: À Versailles. Estampe de Gaillard, extraite de la série l’Actualité.

Groupe de fédérés dirigé par une femme. Dessin de Sahib, extrait du Monde illustré

« Trois petits ». Estampe de Pilotell

Jourde. Dessin de Klenck

« Elle me résistait, je j’ai assassinée » (Anthony, Dernier acte). Lithographie de Faustin.

Le mur des fédérés. Dessin de Denis Desroches.

X