Skip to main content

© Charles Deluvio (Unsplah)

Séance 4 du séminaire Les transformations de la structure sociale contemporaine

Incidences de la révolution numérique sur la précarisation du travail (I)

22 mars 2019

Avec Sophie Bernard, Animateur-discutant; Alain Obadia.

Dans le cadre de ce séminaire, la Fondation Gabriel Péri a souhaité approfondir l’impact de la révolution numérique sur le travail, l’emploi et les statuts sociaux en organisant plusieurs séances consacrés à ces enjeux.

Présentation :

Uber se présente comme l’emblème du capitalisme de plateforme, au sein duquel les plateformes numériques jouent le rôle d’intermédiaires entre clients et prestataires de service, ces derniers ayant pour particularité d’être des travailleurs indépendants. Or, dans un arrêt du 10 janvier 2019, la Cour d’appel de Paris a requalifié le contrat de partenariat entre Uber et un ex-chauffeur indépendant en contrat de travail. Le déploiement des plateformes numériques s’accompagne en effet d’un brouillage des statuts d’emploi, entre travail indépendant et travail salarié. S’appuyant sur une enquête inédite réalisée en France auprès de chauffeurs Uber, il s’agira d’explorer cette question d’un point de vue sociologique.

  • Sophie Bernard est Professeure de Sociologie à l’Université Paris-Dauphine (PSL University) et membre junior de l’Institut Universitaire de France. Elle participe à l’ANR CAPLA, une recherche collective sur le capitalisme de plateforme. Elle a notamment coordonné en 2018 avec Sarah Abdelnour un numéro thématique de la Nouvelle Revue du travail intitulé Vers un capitalisme de plateforme?
  • Alain Obadia, Président de la Fondation Gabriel Péri.
X