Les vérités du matin. Regards croisés sur un engagement

20,30

Francette Lazard et René Piquet

L’Histoire est le fait d’hommes et de femmes. Ce livre, publié aux Éditions de l’Atelier avec le soutien de la Fondation Gabriel Peri, est un dialogue entre deux personnages importants du Parti communiste français. Francette Lazard et René Piquet, que l’estime et les responsabilités communes au sein du PCF relient depuis quarante ans, reviennent ensemble sur des moments décisifs de leur vie.

Dans un dialogue à la fois politique et intime, ils se laissent surprendre au détour d’une photographie, d’un souvenir, d’une anecdote et se découvrent ou se redécouvrent différents, parfois même en désaccord. Leur conversation est ainsi traversée par quelques tempêtes. Dirigeants dans une période où leur parti ne cesse de décliner, ils font le constat, citant le dirigeant communiste italien Enrico Berlinguer, que la force propulsive de la Révolution d’Octobre et celle de la social-démocratie ont désormais cessé d’agir. Mais, plus que jamais militants, ils cherchent comment hériter de ce siècle de combats sociaux pour que le peuple soit un acteur de l’histoire, sans chercher à reproduire des modèles usés. En livrant leurs vérités du matin, fragiles et provisoires, belles à cause de leurs fragilités, Francette Lazard et René Piquet invitent à un exercice de lucidité. Ils offrent à chacun la possibilité de prendre la parole sur son histoire et sur son présent.

Francette Lazard est agrégée d’histoire. Elle participe dans les années 1960-1970 à la direction de la section économique du PCF, puis à celle de l’hebdomaire France nouvelle, avant d’être rédactrice en chef adjointe de L’Humanité. Membre du bureau politique de 1979 à 1996, elle est chargée de créer l’Institut de recherches marxistes, dont elle est en 1979 la première directrice, puis anime le lancement d’Espaces Marx en 1995.

René Piquet est responsable du PCF dans le Loir-et-Cher, élu au comité central de ce Parti en 1961, au secrétariat et au bureau politique en 1964.
Il a en charge la question de la communication dans les années 1970, la responsabilité des “cadres” dans les années 1980. Député européen en 1979, il quitte le bureau politique en 1994 et reste responsable du groupe au Parlement européen jusqu’en 1997.

Publié par les Éditions de l’Atelier avec le soutien de la Fondation Gabriel Péri, sept. 2011, 232 pages.
ISBN 2-7082-4166-4;


Voir aussi :

En vente en librairie et sur le site de l’éditeur.