Skip to main content

©

Journées d’études

Nouvelles dates: 30 et 31 mai 2022

Centre des colloques
Campus Condorcet

Depuis la création en 2001 du Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale (CODHOS), les sources de l’histoire sociale se sont extraordinairement élargies en changeant de nature et de support. Parallèlement à la production de nouvelles archives, notamment audiovisuelles et numériques, de nouvelles formes de mobilisations sont venues bousculer les organisations ouvrières, syndicales et politiques au sein desquelles persistent néanmoins les modes traditionnels d’expression et d’intervention publique.

A l’occasion de son vingtième anniversaire, le CODHOS, dont les membres vivent et accompagnent au quotidien ces bouleversements, organise deux journées d’études pluridisciplinaires autour des sources de l’histoire sociale. Elles seront l’occasion de poursuivre les missions que l’association s’est fixées lors de sa création : organiser et favoriser les échanges entre archivistes, bibliothécaires et documentalistes, valoriser les fonds documentaires et archivistiques de l’histoire ouvrière et sociale et susciter l’intérêt des chercheur.e.s.

Présentation sur le site du CODHOS

Programme à télécharger

Programme

 

30 mai 2022

9h Accueil

9h30 Ouverture et mot d’accueil : Stéphanie Groudiev, directrice du GED, Grand équipement documentaire, Campus Condorcet
Présentation des journées :
Barbara Bonazzi, présidente du CODHOS
Rossana Vaccaro, membre du bureau du CODHOS

10h-12h Table ronde Les centres d’archives institutionnelles et militantes : renouvellement des pratiques
Animation : Françoise Blum, ingénieure de recherche, chercheuse rattachée au CHS, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – CNRS
Corinne Porte, directrice des Archives nationales du monde du travail
Evolution des pratiques des Archives nationales du monde du travail (ANMT) face aux nouvelles sources et aux nouvelles pratiques des chercheurs
Hélène Saudrais, responsable de l’Unité Documentation Archives de la confédération CFDT
Création, diffusion et valorisation des (nouvelles) sources
Barbara Bonazzi, ingénieure d’études au CNRS, rattachée au CHS, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains / Palmira de Sousa, cheffe du service des entrées et de la conservation, GED Condorcet
Numériser-valoriser : retours d’expérience. La numérisation et la valorisation des fonds du CHS : André Marty, fonds Mai 68 et brochures anarchistes
Caroline Chalier, archiviste de la Fédération CGT des cheminots / Madeleine Peytavin, membre de l’IHS-CGT cheminots, syndicaliste et cheminote retraitée
La bibliothèque numérique de l’IHS-CGT cheminots : le cas d’une recherche militante sur le sport et la CGT dans l’entre-deux-guerres
Bénédicte Grailles, maitresse de conférences en archivistique, Laboratoire Temos – Université d’Angers
Sortir du silence ? Archivistes, pratiques professionnelles et courants non dominants

12h-14h Pause déjeuner

14h-15h45 Table ronde Archives « d’en bas » : quelles modes de constitution de corpus ?
Animation : Sylvain Pattieu, maître de conférences, Université Paris 8, et écrivain
Hélène Ampère, présidente de l’association Micro-archives
Comment récolter les archives de la vie ordinaire ? Réflexion sur la démarche de la constitution de l’association Micro-archives et de la collecte des archives
Francesca Di Pasquale, Manoela Patti, historiennes (Université de Palerme)
Sources pour l’histoire du mouvement de réforme psychiatrique en Sicile (1968-1998)
Bénédicte Héraud-van der Meer, ingénieure d’études CNRS, IHTP, Institut d’histoire du temps présent
Projets d’enquêtes départementalisées de l’IHTP, recherches et dépouillement des sources pour écrire l’histoire « d’en bas »
Bernard Lacorre, vice-président fondateur de PR2L, Pôle International de Limoges et du Limousin pour l’histoire du monde du travail et de l’économie sociale
Quelles stratégie et méthodes mettre en œuvre pour collecter et conserver les archives produites par les associations, coopératives, fondations et
mutuelles ?
Jean-Philippe Legois, Archiviste et doctorant en archivistique (Cité des mémoires étudiantes/Université d’Angers)
Pour des archives orales d’en bas : éloge de l’intermédiaire. Autour de l’exemple de la campagne de collecte d’archives orales de la Cité des
mémoires étudiantes.
Paolo Stuppia, sociologue, CESSP, Centre européen de sociologie et de science politique, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Collecter, sélectionner, constituer un corpus de tracts d’une mobilisation étudiante : enjeux archivistiques, mémoriels et de recherche (CPE, 2006)
Fanny Gallot, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, CRHEC, Centre de recherche en histoire contemporaine comparée, Université Paris-Est Créteil
A la recherche des travailleuses immigrées dans les archives syndicales dans les années 1968.

PAUSE

16h-18h Table ronde Retrouver, revisiter, interconnecter : nouveaux regards sur les archives, nouvelles pistes historiographiques
Animation : Serge Wolikow, professeur émérite, historien, Université de Bourgogne, Fondation Gabriel Péri
Marion Fontaine, professeure au Centre d’histoire de Sciences Po
Quelles archives de la désindustrialisation ? Le cas des mines
François Guinchard, archiviste, docteur en histoire contemporaine (Université de Bourgogne)
L’Association internationale des travailleurs (anarcho-syndicaliste) : quelles sources pour l’histoire transnationale d’une organisation militante des années 1920 aux années 1990 ?
Ioânna Kasapi, doctorante en histoire (Université d’Angers), coprésidente de la Cité des mémoires étudiantes
« Le genre des archives étudiantes »
Olivier Muth, conservateur en chef du patrimoine, chargé de projet archives de l’Institut et des académies, ancien directeur des Archives départementales des Hauts-de-Seine
Archives et récits de la papeterie de la Seine à Nanterre : enjeux et résultats d’une double collecte écrite et orale
Constance Pâris de Bollardière, docteure en histoire de l’EHESS, directrice adjointe du George and Irina Schaeffer Center (The American University of Paris)
Conserver, valoriser et analyser les archives du mouvement bundiste en France
Claire Scopsi, maîtresse de conférence en Sciences de l’information et de la communication, CNAM-INTD / Asmaa Azizi, maîtresse de conférences, Université Sorbonne Paris Nord
Les « nègres angolais » des Archives de la parole : enquête sur une « captation de parole » à la veille de la Première guerre mondiale

18h Cocktail

31 mai 2021

8h30 Accueil

9h-10h45 Table ronde Images et réseaux sociaux
Animation : Danielle Tartakowsky, professeur émérite, historienne, Université Paris 8
Myriam Afif, étudiante en Master 2 Archives, Université Paris 8
Sur la trace du groupe Medvedkine : interroger les archives sur l’engagement « d’ouvriers-cinéastes »
Dorothée Benhamou-Suesser chargée de collections numériques, responsable de l’accès aux archives de l’internet et de la préservation, Bibliothèque nationale de France
Les archives de l’Internet à la BnF
Gabrielle Chomentowski, chargée de recherche, CHS, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – CNRS
Autour des étudiants étrangers de l’Institut du cinéma de Moscou : des archives pour documenter les mobilisations politiques des années 1960 et
1970
Giulia Fabbiano, anthropologue, membre de l’ERC DREAM, DRafting and Enacting the Revolutions in the Arab Mediterranean
Le tracé de l’expérience, ou l’épuisante collecte du présent. Réflexions sur traces et archives à partir du Hirak algérien
Guillaume Touati, responsable du Centre d’archives socialistes, Fondation Jean-Jaurès
Les réseaux sociaux, des archives militantes comme les autres ? L’exemple des comptes du Parti socialiste
Pierre Toussenot, docteur en histoire contemporaine, post-doctorant au CRULH (Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire), Université de Lorraine
L’utilisation des documentaires et vidéos dans l’analyse des conflits sociaux

PAUSE

11h-13h Table ronde Les enjeux de patrimonialisation des mémoires ouvrières et sociales
Animation : Xavier Vigna, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris Nanterre
Muriel Cohen, maîtresse de conférences, Université du Mans (laboratoire Temos) /AMULOP, Association pour un musée du logement populaire
Le projet de musée du logement populaire : donner à voir le quotidien des quartiers populaires à travers une enquête historique qui mobilise les acteurs
François Duteil, président de l’Institut d’histoire sociale CGT Mines-énergie Archives, la preuve par neuf !
Eric Lafon, directeur scientifique, Musée de l’Histoire vivante, Montreuil
Vers un grand musée d’histoire du mouvement ouvrier
Aurélie Mazet, archiviste, Institut CGT d’histoire sociale
Archiver les luttes : quand les militants de la CGT se forment à l’archivistique
Anne-Marie Pavillard, bibliothécaire, Association Archives du féminisme
Les archives des groupes femmes d’entreprise et des commissions syndicales femmes dans les années 1970-1980
Claude Roccati, chercheuse associée, CHS, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – CNRS
Accompagner la CFDT dans la valorisation de ses mémoires

13h-14h30 Pause déjeuner

14h30-16h Table ronde Gilets jaunes, témoignages audiovisuels et conservation des traces d’un mouvement en devenir
Animation : Sylvie Dreyfus-Alphandéry, association Autour du 1er mai
Introduction : Appel de Commercy, filmé par le groupe des gilets jaunes de Commercy : 2019, 5’ 17’’
Raphaël Challier, docteur en sociologie et science politique, Cresppa-GTM (Centre de recherches sociologies et politiques de Paris, Genre Travail Mobilités)
Tout ce qui se passe sur les ronds-points n’est pas sur les ronds-points. Collecter des « archives vivantes » en observant les Gilets jaunes

Anne Gintzburgzer, auteure, réalisatrice et productrice de films documentaires, dont une série de 6 films sur les femmes gilets jaunes
Garder une trace, témoigner : écouter et filmer aux cotés des femmes gilets jaunes
Jonathan Doutre (ou un gilet jaune cinéaste)
Un représentant des gilets jaunes de Commercy qui a filmé l’appel de Commercy, première rencontre nationale des Gilets jaunes
Sébastien Layerle, maître de conférences, IRCAV (Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel), Université Sorbonne Nouvelle, membre de l’association Autour du 1er mai
Se filmer en lutte : des grévistes de Mai 68 aux gilets jaunes

16h15-17h15
Conclusions
Animation : Frédéric Cépède, archiviste et historien, Office universitaire de recherche socialiste (OURS)
Agnès Magnien, Inspectrice générale des Affaires culturelles
Michel Pigenet, professeur émérite, historien, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

17h15-18h45
Projection de films programmée par l’association Autour du 1er mai
La marche des femmes, de Anne Gintzburger, 2019, 52 min, Collection « Femmes en jaunes », 52 mn
Notes sur l’appel de Commercy, de Dominique Cabrera, 2019, 27 min

X